Vingt heures de garde à vue pour des anti-nucléaires munis de sacs poubelles

18/05/2016 17:58

Dimanche 15 mai, une trentaine de militants opposés au projet de centre d’enfouissement des déchets nucléaires dit Cigéo ont fait le tour de permanences d’élus socialistes équipés de sacs-poubelle et de tracts. Huit d’entre eux ont connu une garde à vue au cours de laquelle les policiers ont multiplié les provocations et les humiliations. L’un des militants raconte cette vingtaine d’heures d’absurdité.

Dimanche 15 mai, à 18 h, nous nous sommes retrouvés à une trentaine sur la place de la République vibrionnante pour agir contre le projet de centre d’enfouissement de déchets nucléaires Cigéo discuté au Sénat à partir du 17 mai dans le cadre d’une proposition de loi. Combinaisons blanches, masques, logos du collectif BureStop et sacs-poubelle remplis de vieux journaux forment la panoplie des militants « liquidateurs » du projet de poubelle atomique.

L’enjeu de notre rassemblement ? Comme dans plusieurs villes de France, interpeller par une action symbolique les parlementaires pour les amener à prendre position par rapport au texte dans les semaines à venir. Les liquidateurs d’un jour se groupent, le poing serré sur les sacs-poubelle, derrière la banderole qui proclame : « De Bure au 49-3 : non à l’enfouissement des déchets nucléaires et de la volonté populaire ! » Michel (son prénom a été changé), un habitant intermittent de la Maison de résistance à la poubelle nucléaire à Bure, explique : « En 2015, les parlementaires pro-Cigéo avaient tenté d’introduire à 15 reprises un amendement autorisant le projet dans la loi Macron... elle même votée par 49-3 ! Bure et la loi travail sont tous deux des projets imposés ! »

 

Source et article complet : http://reporterre.net/Vingt-heures-de-garde-a-vue-pour-des-anti-nucleaires-munis-de-sacs-poubelles