Tisa : un traité encore plus antidémocratique et néolibéral que le TAFTA

05/02/2016 19:50

50 pays signent en secret un traité encore plus antidémocratique et néolibéral que le TAFTA

Selon le quotidien espagnol Publico, Wikileaks a révélé des aspects des négociations pour un accord ad hoc entre les grandes corporations qui met à mal les régulations nationales et la discussion parlementaire.

Si la signature du TTPA (Trans-Pacific Partnership Agreement) avait déjà soulevé beaucoup de questions quant à la forme peu transparente avec laquelle il avait été discuté, le nouveau Trade in Services Agreement (Tisa), représenterait encore un saut dans l’opacité de sa préparation et dans son contenu en faveur des entreprises. Le quotidien espagnol se demande : "Le traité secret de libre commerce TAFTA entre Etats-Unis et l’UE paraissait imbattable en termes de Cheval de Troie des multinationales. Mais en réalité, c’est quasiment un écran de fumée qui cache la véritable alliance néolibérale planétaire : le Trade in Services Agreement (Tisa), un accord encore plus antidémocratique d’échanges de services entre une cinquantaine de pays... qui non seulement se négocie dans le secret le plus absolu, mais prétend même rester classé, c’est-à-dire opaque au public, pendant les 5 ans suivant son entrée en vigueur, et tout ceci bien qu’il conditionnera 68,2% du commerce mondial de services".

Selon les documents originaux qu’a fait fuiter Wikileaks, l’objectif des négociations est d’éviter toute régulation parlementaire sur le fonctionnement du traité, qui englobera les télécommunications, le commerce électronique, les assurances, les transports et les finances.

Source et Article complet : http://www.revolutionpermanente.fr/50-pays-signent-en-secret-un-traite-encore-plus-antidemocratique-et-neoliberal-que-le-TAFTA?utm_content=bufferd5268&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

 

Cinquante Etats négocient en secret la libéralisation des services

Imaginez un monde où les cantines scolaires appartiennent à des firmes telles que Coca-Cola ou McDonald’s ; un monde où des entreprises pakistanaises discutent avec leurs homologues paraguayennes le nombre de jours de congé qu’elles vous accordent dans l’année et le montant horaire de votre rémunération ; un monde où Hugo Chávez n’aurait pu devenir président du Venezuela qu’en acceptant de gouverner comme M. Anthony Blair.

Ce monde, on le rêve dans les salons de l’ambassade d’Australie à Genève, où se retrouvent, outre ceux de l’Union européenne, les représentants d’une cinquantaine de pays : Etats-Unis, Norvège, Canada, Australie, Japon, Taïwan, Mexique, Colombie, Chili, Turquie, Pakistan... Ces Etats, qui devraient être bientôt rejoints par le Brésil et la Chine, représentent plus de 70 % des échanges mondiaux de services. Ils négocient depuis février 2012 l’accord sur le commerce des services (ACS, ou TISA (1) selon l’acronyme anglais) qu’ils voudraient conclure d’ici à 2015.

Source et Article complet : http://www.monde-diplomatique.fr/2014/09/JENNAR/50756