Le Portugal a fonctionné pendant quatre jours uniquement à l'énergie verte

22/05/2016 12:00

Début mai, le Portugal a fonctionné pendant plus de quatre jours grâce au vent, au soleil et à l’eau, sans avoir recours à des énergies fossiles.

107 heures. Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais c’est énorme. C’est en tout cas une première mondiale, dont il faut espérer qu’elle soit très vite réitérée, et améliorée. Car 107 heures, cela représente quatre jours et demi pendant lesquels le Portugal a fonctionné uniquement avec des énergies renouvelables. 

Du 7 mai à 6 h 45 du matin au 11 mai à 17 h 45, selon le rapport du gestionnaire du réseau électrique portugais Redes Energéticas Nacionais (REN), la consommation du pays a en effet été entièrement couverte par l’éolien, l’hydroélectricité et le solaire. « Pendant 107 heures, il n'y a pas eu besoin de recourir à des énergies fossiles, aux centrales thermiques, au charbon ou au gaz naturel », explique le site portugais Zero.

La consommation électrique a doublé depuis 1990

Que les choses soient claires : les centrales ne se sont pas arrêtées, les importations de matières primaires (pétrole, gaz, charbon) n’ont pas cessé. Simplement, pendant quatre jours et demi, la fourniture de courant par les seules énergies renouvelables a été d’un niveau tel que les autres moyens de production n’étaient plus nécessaires.

Certains pointeront du doigt la taille (92 000 km2) et la population (un peu plus de 10 millions d’habitants) relativement modestes du Portugal. Ils auront tort.

D’abord parce que ses besoins en énergie sont réels : depuis 1990, la consommation électrique a doublé, pour atteindre 50 TWh en 2015 (en France, pour comparaison, elle est de 490 TWh).

L'Allemagne en pointe aussi

Ensuite parce que la grande Allemagne elle-même, le 8 mai dernier, a couvert pendant 24 heures 87 % de ses besoins en électricité avec les seules énergies renouvelables (55 gigawatts sur les 67 consommés ce jour-là).

Ajoutons que l’Allemagne prévoit d’être totalement dépendante des énergies renouvelables d’ici à 2050. Et que de son côté, le Danemark produit 140 % de ses besoins en électricité uniquement avec ses champs d’éoliennes, exportant déjà ses surplus.

Reste que le Portugal, en Europe, fait figure de meilleur élève, aux côtés des pays nordiques, en pointe pour l’éolien. Sur une année pleine, 70 % de sa production électrique vient du vent, de l’eau et du soleil.

Soleil, vent océanique, fleuves et reliefs

Pourquoi  ? Parce que ses responsables politiques, dès l’entre-deux-guerres, ont pris la mesure de la faiblesse de leur pays en terme de production énergétique : pas de pétrole, pas de gaz, peu de charbon.  Pris la mesure, donc, de leur dépendance, le Portugal étant contraint d’importer plus des trois-quarts de ses énergies primaires. Pris la mesure, enfin, des richesses naturelles qui sont les leurs : soleil, vent océanique, fleuves (Tage, Douro et Guadiana) et reliefs permettant de construire des barrages.

Au début des années 1970, l’hydroélectricité fournissait ainsi plus de 75 % de la consommation du pays.  Mais, après la Révolution des œillets (1974) et l’entrée dans l’Union Européenne (1986), le niveau de vie des habitants a progressé - leurs besoins en électricité aussi. Les barrages ne suffisant plus, des centrales thermiques à charbon et à gaz ont été construites en nombre, renforçant à nouveau la dépendance énergétique du Portugal.

Au début des années 2000, l’État a donc relancé des programmes hydroélectriques, éoliens, et, plus récemment, solaires. Et ce n’est pas fini.

En Europe, la France n'est que 16e

En avril dernier, EDF Énergies Nouvelles a mis en service les extensions des deux champs d’éoliennes de Ventominho (263 MW) et d’Arga (40,7 MW), que la société détient au Portugal.

Respectivement en service depuis 2008 et 2006, ces parcs, situés au nord-ouest du Portugal, produisent chaque année l’équivalent de la consommation électrique de près de 245 000 foyers portugais.

Des chiffres qui placent le Portugal au tableau d’honneur de l’UE – et qui font rêver en France. Bien que notre pays bénéficie lui aussi d’un bon ensoleillement, de vents océaniques, de fleuves et de lacs, la part des énergies renouvelables dans la production électrique n’est que de… 19,3 %. Avec, à la clé, la 16e place européenne. Peut mieux faire.

 

Source et article complet : http://www.ouest-france.fr/europe/portugal/le-portugal-fonctionne-pendant-quatre-jours-lenergie-renouvelable-4239978