Le blocage de la Grèce vu de l’intérieur

09/05/2016 14:58

Alors que les machines s’arrêtent, la parole circule.

LE BLOCAGE TOTAL DE LA GRÈCE VU DE L’INTÉRIEUR

 

13179305_1589345351376086_7116938060321935410_n

Les oiseaux chantent dans les pins du Péloponnèse. Les premiers grillons percent le silence des collines. Le long des routes presque désertes, la plupart des pompes à essence sont fermées. Même dans les villages, peu de véhicules circulent. Certains déclarent économiser, « au cas où ça durerait. »

A la terrasse d’un kaféneion, les ouvriers en grève parlent, gestes à l’appui, au-dessus des cafés et des tsipouros. La télé est éteinte. Même la finale de la Coupe de Grèce 2016, entre AEK Athènes et Olympiakos le Pirée, prévue samedi soir, a été reportée, au motif que la police est entièrement mobilisée par ailleurs. En effet, les cars de MAT (CRS) sont omniprésents dans les villes. La colère monte, jour après jour, semaine après semaine.

Le constat est le même partout : « ça ne peut plus durer », « tous des traitres », « tous des vendus ». Au-delà des hommes, c’est tout le système politique et économique qui s’avère rejeté par beaucoup : « il faut en finir avec la démocratie anglaise » (c’est comme ça qu’on appelle la démocratie représentative en Grèce), « en finir avec l’euro », parfois même « avec l’Union européenne », et surtout « en finir avec le libéralisme » ou « avec le capitalisme ». Les idées font leur chemin. Les opinions se radicalisent. Les visages fatigués hésitent entre l’action et la résignation. Mais le temps de la grève est un temps fertile. On s’arrête, on réfléchit, on discute.

 

Source et article complet : http://blogyy.net/2016/05/08/le-blocage-de-la-grece-vu-de-linterieur/