La Brique relaxée pour absence de motivation

10/11/2016 10:56

Le 22 février 2015, le journal est verbalisé par la police municipale pour avoir vendu le canard à la criée. On refuse de payer, la mairie nous intente un procès. Lors de l’audience du 4 octobre devant le tribunal de proximité, la décision de justice a été mise en délibéré au 8 novembre. Un mois pour le juge, ce n'est pas de trop pour réviser ses fondamentaux. C’est donc aujourd’hui que l’issue de ce procès rocambolesque a été dévoilée. Et heureusement,  La Brique a été relaxée.

Si nous avons mis autant de temps à relater notre procès tragi-comique, c'est qu’au même moment d'autres accusations méritaient plus d'attention que la nôtre : celle des 8 de Goodyear, les accusés d'Amiens, et les militants du rond-point des Postes1. Pour autant, si l’amende encourue par notre palmipède peut sembler dérisoire – 61 euros – les enjeux de notre procès ne l’étaient pas. Il remettait en cause la liberté de diffusion de la presse, tout en faisant peser une menace sur l’une de nos principales sources de revenu : les criées. Le procès a été à la hauteur de l'accusation : absurde.

 

Source et article complet : http://labrique.net/index.php/thematiques/hors-canard/846-la-brique-relaxee-pour-absence-de-motivation