Frenchtek 23 - Le Teknival du 1er mai à Salbris

05/05/2016 12:01

Annoncé sur les réseaux depuis de longs mois, le teknival du premier mai qui se voulait illégal a déposer ces enceintes à Salbris dans le Loir et Cher.

Tout avait assez mal commencé pour le Teknival jeudi, quand le web se faisait l'écho de difficultés vers Millau et du renforcement d'effectif policier dans l'Indre avec en plus l'annonce très vite confirmée de l'instauration d’arrêtés préfectoraux dans le Cher. Et cela sans compter les nombreuses rumeurs et désinformations ayant agité les réseaux sociaux durant une grande partie de la journée. Car cette année afin de porter au mieux les revendications nombreuses des sound system, le Teknival était organisé illégalement et dans le plus grand secret. En effet voila 2 ans que des négociations état-collectif piétinent pour ne pas dire s'enlisent, et l'ensemble du mouvement souhaitait faire entendre son mécontentement de cette situation. Les points de revendication signés par plus de 150 sound system de France dans leur communiqué étaient les suivants :

  • Arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel et abrogation de la loi Mariani
  • Arrêt immédiat des procédures abusives contre les collectifs et les participants (agression sonore, travail dissimulé pour les bénévoles, aide au tapage nocturne pour les danseurs…) par une instruction ferme aux forces de l’ordre et aux procureurs.
  • La possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés (friches, SAFER, domaine public, ...) quand nous en faisons la demande et que ceux-ci ne présentent pas de risques.
  • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous accueillent quand nous les contactons. Des attitudes constructives et responsables ! C’est trop facile de mettre des pierres à l’entrée d’un terrain pour renvoyer la fête sur la commune d’à côté.
  • Un vrai soutien pour les actions de réduction des risques, car NOUS sommes responsables !


Après une rencontre de dernière minute en fin de journée Jeudi entre l'association Freeform (responsables entre autres du fond de soutien juridique aux Sound System ), Techno Plus (Association de réduction des risques) et les représentants de l’État, semble-t-il plutôt fructueuse, la tension semblée être légèrement retombée. Or vendredi, les arrêtés préfectoraux portant interdiction de rassemblements festifs à caractère musical et interdiction de circulation des poids lourds de plus de 3,5T de PTAC transportant du matériel de sonorisation à destination d'un rassemblement festif à caractère musical n'ont fait que pleuvoir. Après le Cher la veille c'est donc l'Indre, la Creuse, l'Allier et le Puy de Dôme qui ont à leur tour déposé des arrêtés dans la journée.

Tout cela n'a pas empêcher les sound system déterminé à maintenir l'évènement, et à commencer à lâcher les lieux de rendez-vous sur l'infoline dans le courant de l'après-midi, dont un notamment sur le parking du magasin Intermarché de Saint-Amand-Montrond. Les gendarmes ont alors tenté d'empêcher les raveurs de repartir, avant que le ton ne monte et qu'ils les laissent finalement reprendre la route, non sans encadrer étroitement la cohorte de véhicule, engendrant notamment un bouchon dans les virages de Noirlac. Le convoi faisait alors d'après les gendarmes pas loin de 10 km de long, composé de nombreux véhicules de toute la France dont beaucoup de camions. La course est alors définitivement lancée.

 

Source et article complet : http://www.bassexpression.com/viewtopic.php?id=8408

 

FRENCHTEK23: Ravolution

le Teknival filmé par un drone